BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

L’accompagnement Global

article

« Etre enceinte n’est pas une maladie. »

Nous avons rencontré Paloma Chaumette, sage-femme libérale, dans son cabinet parisien où elle reçoit les futurs parents pour les guider au mieux dans cette aventure unique qu’est l’arrivée d’un enfant.

Par Cécile Bercegeay , Paloma Chaumette


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao hors-série n°5 : Naître aujourd’hui
Extrait du dossier : Accompagner la naissance
Nb de pages : 3

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

GTao : Comment vivez-vous votre métier de sage-femme aujourd’hui ?
Paloma Chaumette : La sage-femme vit une situation difficile depuis que les obstétriciens ont pris notre métier en main. Etre sage-femme est une
profession médicale, mais nous ne sommes pas médecins. Nous pouvons faire des prescriptions, nous avons des responsabilités, un code de déontologie, mais nous avons du mal à garder notre indépendance. Dans les hôpitaux, c’est le chef de service qui décide de ce que nous pouvons faire dans son service. Il y a une dizaine d’années encore, le Président du Conseil de l’Ordre des sages-femmes était un médecin obstétricien. Aujourd’hui, c’est une sage-femme.

GTao : Quel meilleur endroit pouvons-nous souhaiter pour accoucher et donc arriver au monde ?
P. C. : La solution se trouve peut-être dans les maisons d’accouchement, c’est-à-dire un endroit sécurisé où il y aurait la possibilité d’accoucher « comme à la maison » tout en gardant l’hypertechnicité à proximité en cas de complication. Est-il nécessaire que ce soit une maison spéciale ?
Cet espace pourrait se trouver à l’intérieur même des maternités. En tant que sage-femme libérale, j’utilise les plateaux techniques* de différentes maternités où l’on respecte la naissance, où l’on ne considère pas qu’être enceinte soit une maladie. D’ailleurs je ne pense pas que les femmes choisissent d’accoucher à domicile parce qu’elles le préfèrent, mais plutôt parce qu’elles refusent l’hypermédicalisation habituelle.

GTao : En quoi les progrès technologiques peuvent-ils venir perturber l’accouchement dit « naturel » ?
P. C. : Aujourd’hui en France, 9 femmes sur 10 accouchent ou pourraient accoucher de manière naturelle. Or presque 9 femmes sur 10 accouchent avec une péridurale, souvent de confort. Nous ne sommes donc plus dans le cadre d’un accouchement naturel, car qui dit péridurale dit perfusion, intervention de l’anesthésiste, surveillance de la tension, du monitoring et injection d’ocytocine pour augmenter les contractions. A ce moment-là, c’est un accouchement dirigé qui ne laisse plus le rythme spontané s’exprimer.
Le problème est que les mères ont été amenées à faire ce choix qui n’était pas le leur, et c’est cette manipulation qui me dérange. Il faut savoir que la France est l’un des pays d’Europe qui a le taux le plus élevé de péridurale. Ceci étant dit, la péridurale peut se révéler nécessaire et merveilleuse en cas de blocage. Avant qu’il y ait la péridurale, les sage-femmes pataugeaient dans les ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*