BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

Pubu

article

“ Le pas rasant “

Dernière position des 5 pas fondamentaux appelés Wuxingbu, le « pas rasant » nous invite à plonger au cœur du Wushu. Reliée à l’élément « eau », cette posture hivernale difficile à maîtriser se pratique indifféremment dans les écoles internes et externes.

Par Roger Itier


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°39
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Avant tout, revenons aux fondamentaux ! Qu’est-ce qu’une posture ? Une forme technique figée ? Ou une réelle science du déplacement ?
Une science du déplacement et de l’équilibre
Les postures sont comme des expressions énergétiques qui favorisent les échanges entre le bas et le haut du corps, entre la terre et le ciel, l’homme étant le médiateur de ces deux grandes énergies. Leur fonction première est liée au déplacement, c’est-à-dire sa capacité à vous emmener d’un point à un autre et ce, de manière ergonomique et donc efficace. Les notions d’équilibre, de force, de vitesse, d’enracinement, de fluidité doivent se fondre l’une dans l’autre. Il convient donc toujours de revenir aux fondamentaux qui évitent une mauvaise interprétation de la technique au profit de l’esthétisme et de la performance sportive. Une posture, c’est également l’art de répartir sa masse corporelle en contrôlant le centre de gravité sur l’axe de sustentation (voir précédents articles). Les jambes sont comme des catapultes qui lancent les techniques de bras. Sans point d’appui solide, aucune technique ne sera puissante. L’équilibre revêt donc une importance primordiale. Les postures contribuent aussi à la mobilité ostéo-articulaire, car chacune des positions travaille sur différents angles articulaires. Cela permet, une fois qu'elles sont acquises, des changements de direction.
Une vision globale
Pour clôturer cette série d’articles portant sur les postures, il me semblait important de revenir sur une globalisation des aspects que l’on présente trop souvent comme différents. Pour ma part, les frontières entre le traditionnel, le moderne, le Nord, le Sud, l'interne, l'externe ne sont que des classifications qui compartimentent trop en éloignant le pratiquant véritable de la compréhension globale du Wushu. Je crois que le plus intéressant est de rester à l'écoute et ne pas s'enfermer dans une vision top étriquée des arts martiaux. La posture « Pubu » nous invite à cette vision unifiante de nos arts respectifs. « Un style pour tous, une voie pour chacun ! » est le slogan qui unit les preux chevaliers du Wushu, c’est aussi une réalité historique ! Rappelons que les stratégies classiques développées par les écoles internes sont basées sur le relâchement, la rondeur, la fluidité, la prédominance du circulaire sur le direct, le travail du souffle, le qi. Les écoles externes recherchent la tension, le direct, la force explosive, la préférence de la ligne droite, le travail de la respiration comme support aux sorties de forces ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*