BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Essence, énergie, esprit

article

Conserver, nourrir, s’éveiller, tendre vers la perfection

Dans un texte très lyrique, imprégné de sa culture judéo-chrétienne, l’auteur nous offre une vision simple, charnelle et spirituelle, de l’alchimie taoïste.

Par Jan Silberstorff


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°51
Extrait du dossier : Sexe & Tao d'aujourd'hui
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Dans une étreinte longue et amoureuse, l’union se réalise. En état de méditation profonde, l’essence, l’énergie, l’Esprit (Shen) parviennent à se mêler et à se fondre indistinctement. Quand je retiens ma force sexuelle, alors je contiens mon désir, quand je contiens mon désir, sans la pression de vouloir aboutir, alors le désir devient « libre désir de vivre », qui va être par la suite vécu dans la vie quotidienne.

L’alchimie du couple
L’Esprit (Shen) transcendant se nourrit de l’énergie corporelle (Qi) harmonieuse. Celle-ci trouve son fondement à la source d’une forte énergie vitale (Jing). Toute vie ne provient-elle pas de la semence, de l’énergie sexuelle ? N’est-elle pas ainsi ma plus grande force motrice ? En méditation profonde, je me sens sans sexe. En s’abandonnant dans une union profonde, personne ne sait plus qui est l’homme et qui est la femme. Dans cet état désintéressé, je commence à aimer. Et cet amour est pour l’univers tout entier. Faire grandir cet amour qui nous est donné de Dieu, je le réalise à deux avec ma femme.
En méditation profonde, Dieu me parle. Mais tant extérieurement qu’intérieurement, les amants ne se possèdent pas. N’est-ce pas comme le Yin et le Yang ? Je suis deux parce que ma femme et moi sommes un, et pourtant nous restons deux. Et en moi comme en toute personne, il y a la porte pour l’Eternité. L’amour de Dieu, je le partage avec ma femme. A travers Lui, je l’aime elle, à travers elle, je l’aime Lui ; et Lui nous aime à travers lui-même. C’est comme créer ensemble ce qui nous était déjà destiné. En pleine puissance et harmonie, elle me complète, ses fautes sont les miennes, et ses qualités deviennent ma force. Ce que je viens de décrire, comment cela pourrait-il advenir sans nourrir la force vitale ?

Un accomplissement personnel, un chemin à deux
Cultiver la force vitale : échange et complémentarité de l’homme et de la femme dans leur origine. Le Yin et le Yang ne doivent-ils pas dépendre mutuellement l’un de l’autre et se compléter pour se dissoudre et rejoindre l’origine ? Ne dois-je pas aimer Dieu de tout mon cœur et mon prochain comme moi-même ? Tous les êtres sont mon prochain, mais ma femme, c’est moi-même, autant que je suis moi, parce que nous sommes devenus une seule chair. En moi réside la porte ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*