BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail
habillez-vous generation tao


» retour

L’épée et la plume

article

Le guerrier et le lettré

En Chine, les maniements de l’épée et du pinceau sont en de nombreux points semblables. L’art de calligraphier dans l’air ou sur le papier fait appel aux mêmes qualités.

Par Tunken Wong


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°42
Extrait du dossier : De la calligraphie du geste à l’écriture martiale
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

En Chine, le pinceau était l’unique outil pour écrire. Et ce jusqu’aux années 40 du siècle dernier, au moment où le pinceau a été remplacé dans la société chinoise par le stylo occidental. Dans le film chinois Heroes, on montre une scène d’apprentissage dans laquelle le calligraphe tente d’améliorer son niveau d’épée. C’est bien sûr une transposition des arts au cinéma, mais dans la réalité, il existe vraiment une liaison intérieure entre les pratiques de la calligraphie et de l’épée.

L’art de l’épée et du pinceau
Les maniements de l’épée et de la calligraphie sont ainsi en de nombreux points semblables.

Apprendre pas à pas
Pour s’exercer, l’apprenti calligraphe calque dans un premier temps le modèle de calligraphie imprimé en rouge (voir photo), puis décalque le caractère qui est en dessous du papier pour suivre la structure du caractère. Plus tard, il copiera les caractères posés à ses côtés pour mieux étudier et comprendre la charpente du caractère, expérimenter les mouvements du pinceau, et son élan. Enfin, le calligraphe écrira, de mémoire, pour bien inscrire le caractère et sa forme dans son esprit. Dans l’art de l’épée, l’apprentissage est presque identique : le pratiquant apprend d’abord les mouvements, en les copiant et en les répétant. Puis il cherche des liaisons entre les parties du corps avec l’épée. Enfin, apprentissage ultime, avec le yin-yang, il arrange les éléments qui s’opposent et rend l’épée vivante.

Différents styles d’écriture
Aujourd’hui, la calligraphie générale comporte une écriture carrée et régulière, Kai Shu ; une écriture carrée et arrondie aux angles, Li Shu ; une écriture ronde (utilisée pour la gravure des sceaux), Zhuan Shu ; une écriture cursive, Xing Shu ; et une grande écriture cursive, Cao Shu. L’art de l’épée comprend l’épée simple, avec pompon court ou pompon long, la double épée, l’épée à deux mains, le combiné à deux épées. La forme générale se divise en quatre sortes qui peuvent être mises en parallèle avec les différentes écritures.
• Gong Jia Jian : comme le Kai Shu, il y a ici de nombreux mouvements statiques. La posture est digne, stable et solide. Les membres et le tronc sont ouverts, étirés, en équilibre. L’énergie du corps est transmise jusqu’à la garde de l’épée. La plupart des formes traditionnelles d’épée appartiennent à ce style.
• Xing Jian : comme le Xing Shu, les mouvements sont plus vivants, le travail plus ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*