BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Catherine Despeux

article

« Que le Dao œuvre en soi… »

Nous avons demandé à Catherine Despeux de nous parler des femmes qui s’engagent sur la voie de l’alchimie interne taoïste.

Par Catherine Despeux


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°61
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

GTao : Bonjour Catherine, pouvez-vous nous parler de l’alchimie interne taoïste réalisée par les femmes ?
Catherine Despeux : Il existe des techniques d’alchimie interne spécifiques aux femmes, mais elles ne sont pas réellement très différentes des techniques utilisées par les hommes. Certains textes insistent sur le fait que la base énergétique de la femme est le sang menstruel ; la contre-partie étant l’essence séminale pour l’homme. Le sang menstruel est ainsi caractéristique de la féminité en Chine et dans beaucoup d’autres cultures dans le monde. C’est à la fois la force de la femme et l’une des sources de maux qui lui sont spécifiques et relatifs au cycle menstruel : dysménorrhées, hyperménorrhées, etc. S’il existe des techniques de base, notamment le massage des seins décrit dans certains textes taoïstes, je souhaiterais insister sur le fait que ces 
massages et d’une manière générale, ces techniques, doivent être replacés dans un contexte plus large ; celui d’un cheminement spirituel qui commence par l’harmonisation de la personne et tous ses constituants, aussi bien physiques, psychiques que spirituels. Dans le Taoïsme et dans le Qi Gong, il arrive que les pratiquants s’attachent trop à la technique corporelle en tant que telle ; celle-ci est surtout un point de départ, une aide sur le long parcours à la recherche de soi, ou du Dao (de la Voie) comme diraient les Taoïstes. La Voie, on la recherche aussi par la concentration de l’esprit, la vigilance, le travail de la pensée pour lesquels il existe certes des techniques, mais, à un certain moment, il faut laisser tout cela pour entrer dans le non-agir, de façon que le Dao œuvre en soi et à travers soi.
GTao : Quel est le but principal ?
C. D. : C’est l’épanouissement de soi. Dans le contexte culturel chinois, cela veut dire avoir une vie saine, être dans la joie et vivre une intégration harmonieuse dans son environnement : naturel ou social. On y parvient dans la détente, la souplesse, le non-agir, la spontanéité, je cite là certaines qualités parmi d’autres qui permettent la réalisation de la Voie. Plus l’adepte est en conformité avec le Dao, plus il œuvre avec efficacité dans la vie quotidienne. Cette recherche est à la fois très pragmatique et très simple ; elle correspond à un souhait fondamental de l’être humain : le bonheur.
GTao : Selon vous, de nombreux pratiquants s’égareraient donc en chemin en voulant trop s’attacher ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*