BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

A propos du Qi

article

Un nouveau souffle à l’énergie

L’énergie est présente partout, sans pour autant avoir la même signification pour tout le monde. Notion vague ou concept précis ? Il est nécessaire de clarifier qui est le Qi.

Par Catherine Despeux


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°60
Extrait du dossier : LA FORCE CACHÉE DU QI !
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

S’il est un terme fondamental dans la pensée chinoise et la majorité de ses applications — médecine, arts martiaux, géomancie, peinture, calligraphie, massages, musique — c’est bien celui de qi, pour lequel les traducteurs ont choisi des termes divers couvrant une partie seulement du sens de ce mot, tels que l’air, l’humeur, le climat, les émanations ou l’énergie. Cette dernière traduction est passée dans l’usage et l’énergie, sortie de son contexte scientifique, a envahi nombre de domaines de l’ésotérisme et des disciplines du corps, leur donnant ainsi une teinte pseudo-scientifique.Il faut bien l’admettre, aucun mot ne rend compte parfaitement de cette notion de qi, mais celui d’énergie est certainement le plus imparfait. Si l’on examine son emploi, la première chose qui frappe est son aspect concret : le qi, c’est avant tout l’air que nous respirons et qui donne le souffle. À cet air respiré sont associées plusieurs qualités : mouvement, légèreté, luminosité, transparence, nourriture. Aussi l’idée de souffle nous a-t-elle toujours semblé la plus appropriée, d’autant que l’emploi de qi rappelle étrangement celui de souffle chez les présocratiques Grecs. Pour Anaximène de l’école de Thalès, le souffle, même invisible et indéterminé, est matériel, il appartient à la nature, il se manifeste dans ce qui est froid ou chaud et dans ce qui est en mouvement, comme le qi. Pour être bien dans sa peau, inutile d’aller chercher la magie de l’énergie : il suffit de savoir bien respirer, une respiration qui mobilise toutes les parties du corps, même les plus profondes, sans aucune tension ni aucun obstacle : quand les textes chinois disent que le qi circule partout dans le corps humain, telle la brume qui envahit tous les vides, c’est dire en fait que la respiration mobilise toutes les parties du corps qui sont en mouvement et bougent parce qu’il y a du vide entre elles, vide qui laisse œuvrer ce souffle de la respiration. Comme le rappelle Gregory Reychler, « la respiration dépasse le simple fait physiologique qui regroupe les mécanismes mis à la disposition de l’organisme pour alimenter les cellules en énergie. »Pour arriver à un tel résultat, bien évidemment il faut acquérir une connaissance parfaite de son corps physique, savoir en déceler les mauvaises postures, les mauvaises habitudes, l’emploi imparfait que l’on en fait ; en Occident, Moshe Feldenkrais comme d’autres ont su montrer combien l’on n’employait qu’une partie des possibilités de notre corps. La connaissance ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*