BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Sun Tse

article

Ou la stratégie thérapeutique (6e volet)

Quel est le point commun entre la médecine chinoise, les arts martiaux et les relations humaines ? Les treize articles de Sun Tse ! Celui-ci était un fin stratège et un grand tacticien. Il écrivit treize articles. Le sixième qui vous est ici présenté est

Par Jean Motte


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°24
Nb de pages : 2

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Sun Tse dit : Généralement, le commandement du grand nombre est le même que pour le petit nombre ; ce n’est qu’une question d’organisation. Nous avons déjà lu ce postulat sous une autre forme. Il sous-entend qu’à petite cause petit effet, grande cause grand effet. Il est intéressant de se rappeler que la médecine chinoise considère l’organe du foie comme celui qui dresse les plans. Autrement dit, l’évaluation de l’acte doit être
proportionnelle au cas à traiter. Pour cela, il faut avoir un bon foie qui évalue sereinement la situation. Rappelons-nous que le foie est le producteur d’une émotion, la colère, et que celle-ci est mauvaise conseillère !

Le foie, général des armées
Les troupes que vous ferez avancer contre l’ennemi doivent être comme des pierres que vous lanceriez contre des œufs.
Cela nous ramène à un grand principe des arts martiaux que nous devons appliquer en toute occasion : dans un combat, si l’issue est la perte ou l’égalité, alors n’attaque pas.
La certitude de soutenir l’attaque de l’ennemi sans subir une défaite est fonction de la combinaison entre l’utilisation directe (fixer et distraire) et indirecte (rompre là où le coup n’est pas anticipé).
Ô combien la voie est difficile ! Nous voilà jetés dans l’arène avec une tactique précise. Ne quittons pas notre foie du début. Il est certes celui qui dresse les plans, mais pour cela il doit être un grand tacticien. C’est le fameux général des armées. Que nous dit-on ? Il faut pour gagner, d’abord fixer et distraire. Cela demande une longue explication ; nous indiquerons seulement une base de réflexion.
Il s’agit en premier lieu de fixer, c’est-à-dire donner un centre, un espace où les forces ennemies sont concentrées.
Deuxièmement, les distraire, c’est-à-dire relâcher leur vigilance. Celle-ci se situe dans le cœur. Il faut savoir donner à l’ennemi afin qu’il se relâche.
Cette stratégie étant adoptée, il faut, pour conclure, rompre par surprise. Ainsi l’ennemi, la maladie, n’a pas le temps de s’organiser et de répliquer. Il y a le pendant de cette tactique dans le jeu de Go. Il ne faut jamais attaquer l’adversaire là où il est faible car il peut se renforcer. Attaquer la force est le grand stratagème de l’art de la guerre.

L’habileté du thérapeute
Attaquez à découvert mais soyez vainqueur en secret. En peu de mots voici définie l’habileté.
Dans l’art de l’attaque et de ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*