BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail

Partenaires - Annonceurs

INREES TV



» retour

Un Shaolin hors du Temple

article



Les moines guerriers de Shaolin, d’obédience bouddhiste, prônent la paix tout en perpétuant leur tradition martiale. Longtemps à l’abri du regard occidental, leur enseignement est aujourd’hui diffusé à travers le monde. Le moine Shi De Cheng fut l’un des

Par Manikoth Vongmany , Shi De Cheng


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°16
Nb de pages : 5

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

GTao : Pour quelles raisons avez-vous intégré l’école de Shaolin ?
Shi De Cheng : Comme beaucoup de jeunes chinois, j’étais passionné par les arts martiaux de Shaolin. Je lisais des romans de cape et d’épée. J’étais influencé par le Chan (1), le Zen japonais. A travers le zen, je méditais et travaillais mon attitude intérieure, et par les arts martiaux, mon énergie physique.

GTao : Les pratiques du zen et des arts martiaux n’ont-elles jamais été pour vous en contradiction ?
S. D. C. : Le temple de Shaolin fut bâti en 495 ap. J. C, à l’époque des dynasties du Nord et du Sud, sur les flancs d’une grande montagne où rôdaient des bêtes sauvages et dangereuses. Les moines étaient souvent attaqués par des brigands. Ils ont donc été obligés, pour protéger et diffuser la religion bouddhiste, de mettre au point des techniques martiales pour se défendre.

GTao : Mais aujourd’hui, la vie des moines est moins dangereuse. Pourquoi est-il alors toujours aussi important de cultiver les pratiques martiales ?
S. D. C. : Quand le moine bouddhiste Da Mo est venu enseigner aux moines la doctrine bouddhiste, les moines restaient alors des heures assis en posture de méditation et manquaient d’exercices. Ils avaient tendance à s’engourdir et certains souffraient de problèmes de santé.
Ils ont donc éprouvé le besoin de bouger et ont commencé à pratiquer les dix-huit mouvements des arhat (2).

GTao : Les arts martiaux ont-ils continué d’être pratiqués pour mieux méditer ? Et dans ce cas, pourquoi ne pas avoir fait évoluer les pratiques, vers la danse par exemple ?
S. D. C. : Les pratiques martiales aident à obtenir la paix intérieure. Elles contrôlent les pensées, font circuler l’énergie et équilibrent le yin/yang. Il existe des points communs entre elles et la danse en faisant appel aux mêmes exigences comme la souplesse, mais les pratiques martiales appartiennent à la tradition de Shaolin et la perpétuent.

GTao : Quelle est cette tradition ?
S. D. C. : Les moines de Shaolin, au nombre de cent trente, sont divisés en deux groupes équilibrés : les lettrés qui étudient les sutras, les textes bouddhistes, et les guerriers qui pratiquent les arts martiaux. Les lettrés pratiquent les huit formes de Qi Gong enseignées au temple de Shaolin pour entretenir leur corps.

GTao : Et les femmes sont-elles présentes ?
Des ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*