BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail

Partenaires - Annonceurs

INREES TVGRETT

habillez-vous generation tao


» retour

La danse des polarités

article

Nos polarités sont sans cesse en mouvement.

Grâce à l’exploration de nos formes caractérielles, la Trans-analyse nous amène à nous interroger sur notre identité. Où se situe le genre ? Où se situe la polarité ?

Par Pol Charoy


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°68
Extrait du dossier : LES VOIES DU MASCULIN
Nb de pages : 1

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif


GTao : Comment définissez-vous la notion de polarité ?

Pol Charoy : Une polarité se définit toujours par rapport à une autre polarité. Tout comme le Yin se définit par rapport au Yang et le Yang par rapport au Yin. Le féminin se définit par rapport au masculin et le masculin par rapport au féminin.

GTao : Vous préférez donc la notion de polarité à celle de genre ?

P. C. : La notion de genre ne m’évoque pas grand-chose car je me considère avant tout comme étant du genre humain, peu importe qu’il soit masculin ou féminin. Aujourd’hui, nous nous définissons et la société nous définit de manière sexuée : femme ou homme. Or, au niveau caractériel, nous nous rendons vite compte qu’il n’y a pas forcément de lien entre l’apparence sexuée de la personne et ses différentes formes caractérielles (voir encadré ci-contre). Ainsi, certains traits de notre caractère sont en adéquation avec notre physique, mais d’autres pas ! Dès lors, définir le masculin et le féminin de manière très cadrée devient difficile. Existe-t-il une manière masculine ou féminine de ressentir nos émotions ? Y a-t-il une façon de penser masculine ou féminine ?
Imanou Risselard : Je me souviens très bien enfant ne pas avoir tout de suite choisi de me définir comme fille ou garçon. Je suis longtemps restée dans un espace qui se préférait « neutre », une forme de « non genre ». Plus tard, j’aimais beaucoup sentir la puissance d’indépendance, le pouvoir de dire « non » ; ce « non » que j’imaginais alors être de l’ordre du masculin. J’aimais aussi développer des aspects que je pensais plus féminins : envelopper, communier. Et je n’avais pas envie d’abandonner une qualité au détriment de l’autre. Mon cheminement à travers la prise de conscience de mes formes caractérielles m’a permis de
prendre conscience des parties de moi qui étaient davantage polarisées masculines ou féminines.


GTao : Y aurait-il selon vous une origine à ces polarités ?

P. C. : D’un point de vue psychanalytique, une fille peut se développer en restant en communion avec sa mère. Le petit garçon, quant à lui, devra se différencier pour évoluer. Et cela lui demande un effort car il doit (dans le meilleur des cas bien sûr !) repousser ce qui normalement est bon pour lui, chaud, doux et enveloppant. Cette nécessité de différenciation ne peut que déterminer ses comportements ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*