BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Aux sources du Yi quan

article



De nos jours, le Yi Quan* (“Boxe de l’intention”) et le Da Cheng Quan (“Boxe du grand accomplissement”) rencontrent un développement important en Asie comme en Europe. Ce succès vient d’une part, de l’absence de longs enchaînements qu’on retrouve dans la

Par Philippe Raffort


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°7
Extrait du dossier : Yi Quan, Da Cheng Quan et Wu Shu
Nb de pages : 5

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Le Yi Quan est souvent présenté comme la quintessence des arts internes majeurs. Cet art est teinté dans ses applications de quelques techniques de boxes occidentales qui retrouvent ici leurs lettres de noblesse, mais sa principale source d’inspiration reste le XingYi Quan (“Boxe de la forme et de l’intention”). Le Yi Quan travaille sur le jaillissement spontané des mouvements par l’intention (Yi). Dans le travail de fond sur les postures du XingYi, nous retrouvons surtout celui de la posture San Ti, prédominance qui contraste avec la richesse des postures du Yi Quan dans sa version actuelle. Cependant, dans certains styles de XingYi, nous retrouvons une grande variété de postures et d’exercices en mouvement qui peuvent rappeler directement les positions et les exercices “ d’essayer la force ” du Yi Quan actuel. Le lien est alors plus évident entre la tradition et le renouveau apporté par Maître Wang Xiangzhai (le fondateur du Yi Quan et du Da Cheng Quan !). C’est l’école Liang du Xing Yi, pratiquée plus souplement que les styles courants, qui a retenu mon attention par la richesse de ses exercices de base. Ceux-ci sont formés de deux séries d’exercices : les “ 24 postures ” et les “ 12 formes en mouvement ”, dites “ caresser l’air ”. Ces techniques constituent la base indispensable pour obtenir le Gongfu, ou plus précisément le Wugong (littéralement “ l’habilité spéciale appliquée au domaine martial “). Les sorties de forces sont abordées ensuite avec le travail à la perche. Dans ce numéro, je vous présenterai les 24 postures : elles peuvent être exécutées isolément, à condition de vous être imprégnés des 4 premières ; ou également de manière liée mais en terminant toujours par la dernière. Il faudrait les maintenir progressivement assez longtemps comme dans la pratique du Yi Quan.
- “ jing zhong jiu dong ” : Rechercher un mouvement subtil au sein de l’immobilité. Il s’agit de mobiliser le Yuan Qi (le souffle originel) dans la posture, en cultivant la tranquillité d’esprit et en favorisant l’accumulation du Qi. C’est le travail des 24 postures présenté maintenant.
- “ dong zhong jiu jing ” : Conserver le calme de l’esprit et un souffle régulier au sein d’un mouvement lent et régulier d’abord, plus explosif ensuite, c’est le travail proposé dans les 12 techniques de “caresser l’air”. Le Yuan Qi peut alors se lier avec une idée et ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*