BOUTIQUE Mon compte Ma taothèque Mon panier (0) Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter, saisissez votre e-mail


» retour

Wutao, la danse du Tao

article

Danse de la vie !

Sentir l’âme d’un mouvement, trouver son rythme intérieur, danser le souffle, tels sont les ingrédients de la danse du tao, savant métissage des arts internes, des techniques de souffle et de la danse, recréée par Pol Charoy et Imanou Risselard, tous deux

Par Pol Charoy , Imanou Risselard


Ajouter à la taothèque

Extrait de la revue : Génération Tao n°18
Extrait du dossier : La vie en mouvement
Nb de pages : 4

Lire l'article

Télécharger le PDF

Descriptif

Gtao : Comment la danse du tao est-elle née ?
Pol Charoy et Imanou Risselard : Dans la philosophie taoïste, le changement est la seule chose immuable. C’est devenu tellement vrai pour nous qu’il nous est apparu nécessaire de sortir de nos cadres traditionnels, artistiques et martiaux, pour réellement faire preuve de créativité dans nos vies. La danse du tao est une danse évolutive née tout naturellement de l’union entre la créativité chorégraphique et la gestuelle martiale des styles internes.

Gtao : La dimension martiale ne vous satisfaisait plus ?
Imanou : Je n’ai jamais été très convaincue de l’efficacité des arts martiaux. Je ne ressens pour ma part aucun intérêt à me préparer à l’art du combat pour en même temps me programmer à “l’insu de mon plein gré” dans un état d’esprit conflictuel, et donc anti-créatif, et maintenir cette tension, dans l’attente qu’il m’arrive une occasion de justifier cet apprentissage. Aussi, les arts martiaux ont-ils plutôt représenté pour moi une théâtralisation de la situation guerrière. Leur pratique m’a permis de dégager une présence, de puiser une force et un enracinement scénique. Cette sensation de puissance me manquait en danse où l’expression corporelle était souvent figée dans une idée abstraite de la beauté et de la grâce.
Pol : La recherche de l’efficacité dans les arts martiaux m’a donné la justesse du mouvement mais sa sensation demeurait aliénée à une situation de combat. Dans la chorégraphie d’un spectacle, cette intention martiale était marquée par une vigilance de combattant et m’orientait vers la performance, entraînant une relation de domination vis-à-vis de mon propre corps. En me libérant de cette intention, mon être s’est libéré pour pouvoir donner naissance à une nouvelle expression corporelle. Aujourd’hui, je suis persuadé que l’âme du corps ne peut s’épanouir si elle est limitée par une intention martiale, ou même par une intention figée dans l’espoir d’une guérison à tout prix.

Gtao : Que vous a apporté la pratique des styles internes ?
Imanou : Une pratique en accord avec notre propre nature, nos os, nos organes qui sont ronds et non carrés, et nos fascias qui gainent toute notre structure. Ils se déroulent dans un mouvement spiralé et malgré tout, il nous faut réapprendre le naturel, c’est un vrai paradoxe !
Pol : Dans les styles externes et l’acrobatie, l’essence du mouvement est fait ...

Vous aimerez aussi

Commentaires




Rubriques
CULTURE & SOCIÉTÉ
ÉCOLOGIE CORPORELLE
SANTÉ & BIEN-ÊTRE
CONNAISSANCE DE SOI
VOIES DU FÉMININ
Boutique
Tous nos produits
FAQ
CGV
Taothèque
Mon Compte
Panier
Nous suivre
Blog
Facebook
Twitter
Espace Presse
Newsletter
Pour vous inscrire a notre newsletter
saisissez votre e-mail
Informations
L'équipe
Contact
Espace annonceur
Mentions légales
Plan du Site

*-*